Autres danses d’origines africaines

Durant la période coloniale, Cuba a reçu de nombreux esclaves africains qui ont transporté leurs cultures. Ainsi, diverses danses pour lesquelles il n’existe que peu d’information ont été pratiquées sur l’île comme :

  • l’Apobanga, danse ancienne ;
  • le Cachirulo ;
  • la Cachumba ;
  • le Chanchambé ;
  • le Chanchamele, danse d’origine africaine (certains disent guinéenne) du 17ème siècle ;
  • la Garande, danse pratiquée au 18ème siècle ;
  • la Gatatumba, danse pratiquée par les esclaves Noirs au 17ème siècle ;
  • le Guirigay, Guiriguí, Guiriguay ou Guiriguirigay, danse du 16ème siècle ;
  • le Gurujú ;
  • le Manguindoy, Mandingoy, Mandinguoy ou Mandinguillo, corruption du mot « Madinga » (« Madingue » en français). Cette danse est décrite comme indécente ;
  • le Ñandú ;
  • l’Ombligada, danse dans laquelle un couple de danseurs effectue un contact pelvien aussi appelé « golpe de frente« . Ce geste, caractérisé aujourd’hui d’érotique, est inspiré de danses de fertilité africaines. On la retrouve dans d’autres pays comme au Brésil ou au Pérou ;
  • Le Quimbumbía, danse et jeu d’origine Congo ;
  • le Retambo ou Retambico, danse aux mouvements vigoureux de la fin du 17ème siècle ;
  • le Sacamandú, danse d’origine africaine qui fut transportée en 1766 par des Noirs cubains de la Havane à Veracruz au Mexique. Elle s’y répand rapidement ;
  • le Sompimpa, danse du 19ème siècle ;
  • le Timbeke, danse bruyante dont le nom est d’origine bantoue ;
  • le Tumbalalá ;
  • le Yayumba ;
  • le Zambapalo, cousin de la Chaconne ;
  • le Zarambeque, Zumbe ou Zumbé, danse parente de la Zarabanda, populaire au 17ème siècle ;
  • le Ziripá, ancienne danse d’Africains selon Alejo Carpentier y Valmont.

Divers :

  • CARPENTIER, Alejo. Music in Cuba. University of Minnesota Press, 2001. Disponible sur Google books
  • BRILL, Mark. Music of Latin America and the Caribbean. Routledge, 2017. Disponible sur Google Books
  • vm22
  • Abri.chez

L'Apobanga :

Le Chanchamele :

Le Gatatumba :

L'Ombligada :

Le Sacamandú :

Le Ziripá :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *