Le Cha-onda

Naissance du Cha-onda

Promu Ambassadeur Culturel de Cuba, l’Orquesta Aragón entame en 1971 une grande tournée en Afrique qui débute par la Guinée et le Mali. Elle débouche sur d’intéressantes rencontres entre les musiciens cubains et africains, en particulier avec le meilleur groupe guinéen de l’époque, le Bembeya Jazz National, où sont évoquées les racines africaines de la musique cubaine. De ces échanges naît le Cha-onda créé par le violoncelliste Alejandro Tomás Valdés et diffusé par l’Orquesta Aragón. Le Cha-onda est inspiré des sons entendus dans les rues de Conakry (capitale de la république de Guinée). Ce courant musical combine la structure rythmique et l’accentuation du Cha Cha Chá avec la musique guinéenne.

Orquesta Aragón
Orquesta Aragón
Bembeya Jazz National
Bembeya Jazz National

Ensuite, ils diffuseront ce rythme en Afrique au cours de nombreuses tournée qui passeront par le Sénégal, le Zaïre, le Bénin, le Zanzibar, le Burkina Faso, le Ghana ou la république du Congo.

Les rythmes du Cha-onda

Voici une des rythmiques de Cha-onda souvent jouée par Juan ‘Claro’ Bravo, conguero de l’Orquesta Aragón :

Cha-Onda (congas)
Cha-Onda (congas)
Partie de congas (tempo réel)
Partie de congas (tempo lent avec appui sur les temps)

Par moment, le rythme peut être soutenu par une clave régulière :

Cha-onda (claves)
Cha-onda (claves)

Le Cha-onda :

  • "A bailar mi Cha-onda" Lazaro Gonzalez (fils de Dagoberto Gonzalez, violoniste de l'Orquesta Aragón) - Cha-onda
  • "Que onda con Cha-onda" de Alejandro Tomás Valdés - Cha-onda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *