Le Simbi

Quelques données sur le Simbi

À l’origine, Simbi est une large famille de Loas, serpents gardiens des sources, fontaines, lacs, marais et des mers. Ils vivent à l’embouchure des fleuves, là où se mêlent les eaux douces et les eaux salées. Ces esprits, proches de la divinité yoruba nommée Yemayá, trouvent leur origine dans les rites congos. Au sein de cette famille, on peut citer Simbi Dlo ou Simbi d’l’eau (Simbi de l’eau) et Simbi Andezo (Simbi des 2 eaux, douces et salées). Simbi est aussi la divinité de la communication, messager de Legba. On leur offre des poules peintes, des plats (manioc, bananes, malanga…) et un peu de riz blanc.

Repris par les rites radá et petro, son culte se diversifie avec notamment la création de Simbi Anpaka (Loa des plantes, des feuilles et des poissons), Simbi Ganga (esprit guerrier qui vit dans les montagnes), Simbi Makaya (grand sorcier, patron de la société secrète Sanpwel), Gran Simba (dite mère de tous les Simbas)…

À Cuba, le Simbi est un rythme de distraction qui s’exécute durant les fêtes ou comme intermède lors des cérémonies Vodú. Ils ne sont invoqués que lors de cérémonies qui leurs sont entièrement dédiées. Les « services » pour les Simbis se célèbrent près d’une source car la fraîcheur de l’eau leur est indispensable.

En Oriente, le Simbi possède un caractère guerrier. À Camagüey, ce rythme à caractère paysan est associé à une danse pendant laquelle on imite le geste de piler une mixture à base de plante avec les pieds (le pas est appelé paso pilé ou pila fey) pour la divinité Calfú Pila Fov. Il porte souvent le nom de Fey ou Fèy (qui signifie « feuille ») dans cette région.

Instrumentation

La partie percussive de l’instrumentation est composée d’un trian, triyang, trián ou trillán (soc de charrue plus communément appelé guataca) et de 2 tambours (l’un joue la partie petit pas ou peti pa et l’autre la basse ou bas). Aujourd’hui, ces tambours sont parfois remplacés pas des congas, des tambujés ou des tambours radás.

Le rythme

Le rythme Simbi est binaire.

Les chants

Chant pour proposé par Rafael 'Manolo el Duque' Cisnero Lescay (Cutumba) et transcrit par Daniel Mirabeau

[Soliste]
Glisoe glisoa
Glisoe glisoa
Gade chase gliso gliso madam maguie

[Chœur]
Glisoe glisoa
Glisoe glisoa
Gade chase gliso gliso madam maguie

[Soliste]
Gade chase gliso
[Chœur]
Gliso madam maguie
[Soliste]
Simbi lo aye e simbi lo aye
Simbi lo aye e simbi lo aye
Simbi lo petro simbi lo bemua
Simbi lo aye

[Chœur]
Simbi lo aye e simbi lo aye
Simbi lo aye e simbi lo aye
Simbi lo petro
simbi lo bemua
Simbi lo aye

[Soliste]
Asosie asosie e ofe mue
Asosie asosie e ofe mue
Asosie ude base malase uti uti be mue tuye tu de mama mue

[Chœur]
Asosie asosie e ofe mue
Asosie asosie e ofe mue
Asosie ude base malase uti uti be mue
Tuye tu mama mue

[Soliste]
Asosie asosie e ofe mue
[Chœur]
Asosie asosie e ofe mue
[Soliste]
Asosie ude base malase uti uti be mue
[Chœur]
Tuye tu mama mue
[Soliste]
Abele lo rasiño o
Abele lo ma pu yo uti gade se mue nabute Florida
Paquita pebe mue noble te sa yoble !
Ae e ae e

[Chœur]
Uti gade se mue nabute Florida
Paquita pebe mue noble te sa yoble !

[Soliste]
Ae e ae e
[Chœur]
Uti gade se mue nabute Florida
Paquita pebe mue noble te sa yoble !

Le Simbi :

Le Fey :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *