Lexique

A – C

Abakuá, Abakwá ou Abacuá : esclaves issus de la région côtière de la Cross River qui longe le golfe du Biafra au sud-est du Nigeria et au sud-ouest du Cameroun
Abasí : dieux unique et suprême des Abakuás
Aggayú Solá, Aganjú, Aganju, Aganyu ou Agayu : Orisha qui représente le volcan, le magma et l’intérieur de la Terre
Arará : population africaine issue de la zone de l’actuel Bénin (côte surnommée « côte d’or » ou « côte aux esclaves »)
Arawak : peuple amérindien, premier occupant de Cuba (mot qui signifie « ceux qui habitent les grottes »)
Babalawo ou babaaláwo : prêtre d’Ifá, pratique religieuse Yoruba (mot qui signifie « père des secrets »)
Babalú Ayé : un des Orishas les plus vénérés de la religion Yoruba car lié à la santé. Divinité des maladies, des maux et de la misère. Il représente la variole, la lèpre et les affections de la peau. Patron des médecins et des insectes
Barracón : baraquement où étaient logés les esclaves dans les plantations de canne à sucre
Batá : tambour utilisé dans les cérémonies religieuses Yoruba
Bembé : 1. fête dédiée à un Orisha / 2. ensemble de tambours non-consacrés pour les Yorubas
Bolero : genre musical né au milieu du 19ème siècle, lent et à caractère sentimental
Bombo : deuxième note de la partie composée de 3 coups (partie tresillo) du rythme de la clave
Bongos : paire de tambours unimembranophones reliés entre eux
Botija ou botijuela : instrument fabriqué en terre cuite et possédant un orifice par lequel il faut souffler pour produire un son grave proche de celui d’une contrebasse
Cabildos de nación : confrérie d’esclaves provenant de la même région d’Afrique
Cajón : caisse en bois qui sert de tambour. Son utilisation tend à diminuer au profit des congas
Campana : cloche utilisée comme instrument de musique
Carabalí : nom donné aux esclaves Abakuás à Cuba (déformation de Calabarí, mot qui désigne les habitants du Calabar)
Caribe : tribu Arawak
Cencerro : voir campana
Cha Cha Chá : genre musical très dansant inventé en 1954 dont la paternité est attribuée à Enrique Jorrín Oleaga
Changó ou Shangó : Orisha de la foudre, du tonnerre, des éclairs, du feu, des tempêtes mais aussi de la bravoure, de la guerre et de la justice. Il représente la virilité, la force et la beauté masculine
Changüí : forme musicale rurale née vers 1860
Charanga : format instrumental composée d’un piano, d’une flûte, de 2 violons, d’une contre-basse, de timbales et d’un güiro
Chekeré, shekeré ou chequeré : calebasse évidées recouverte d’un filet sur lequel sont fixées des perles
Ciboney : tribu Arawak ayant habité Cuba avant l’arrivée des Colons
Cimarrón : esclave qui a définitivement fui sa plantation de canne à sucre (esclave marron)
Cinquillo : cellule rythmique qui sous-tend divers styles musicaux cubains (notamment haïtiano-cubains)
Clave : 1. rythme central de la musique cubaine / 2. nom de l’instrument composé de 2 morceaux de bois utilisé pour le rythme de la clave
Coartación : possibilité pour un esclave de racheter sa liberté
Columbia : variante rapide de la Rumba
Conga : 1. instrument de percussion en forme de tambour unimembranophone, le plus souvent joué à main nue, très utilisé dans la musique cubaine / 2. nom de la musique et la danse liée au carnaval
Congo : esclaves issus d’un grande diversité de peuples bantous déplacés à Cuba durant toute la période de l’esclavage depuis l’ancien royaume du Kongo
Conguero : joueur de congas (instrument)
Cubanacán : nom donné à Cuba par les premiers peuples amérindiens
Cubatón : adaptation cubaine du Reggaetón
Cumbanchas : fêtes paysannes durant lesquelles les familles se réunissent et vont de maisons en maisons

D – F

Danzón : musique cubaine inspirée de la Contradanza. Elle fut crée la fin des années 1880 par Miguel Faílde Pérez
Descarga : séance d’improvisation (jam-session) latino
Despelote : fait de danser seul et librement avec énergie (mot qui signifie « pagaille »)
Ebbó : actes d’offrande, de sacrifice ou de purification se préparant à base de plantes, d’animaux ou de fruits dans la pratique religieuse des Yoruba
Elegguá, Elegbá ou Elewua : Orisha des chemins et des croisements. Principal messager d’Olofin et intermédiaire entre les Hommes et les Orishas. Il possède les clés du destin des Hommes et ouvre et ferme les chemins vers le bonheur ou le malheur
Firma : dessin rituel dans la religion Palo, aussi appelé patibembas ou patipembas (signatures)

G – K

Gagá ou Gaggá : rythme festif haïtiano-cubain
Gangás : esclaves issus des ethnies africaines Longobá (Liberia), Quisi (Liberia), Bay (Liberia), Mani, Arriero, Golá (Liberia), Pepel, Wolof, Bulom, Cono, Ebrié, Gbandi, Kru et Loma
Guaguancó : variante la plus répandue de la Rumba
Guajira : musique d’origine paysanne qui évoque le milieu campagnard de manière bucolique et idéalisée, parfois sur le ton de la nostalgie (beauté des campagnes, mode de vie des paysans, beauté de la femme)
Guajiro : nom donné aux paysans cubains
Guanahatabeyes, Guanajatabeyes, Guanatabeyes ou Guanajatabibes : tribu Arawak
Guaracha : musique cubaine issue du théâtre dont les paroles cocasses sont empreintes d’allusions grivoises. À partir du milieu du 20ème siècle, la Guaracha est souvent assimilée à un Son rapide
Guateque : fête paysanne cubaine
Güiro : instrument constitué d’un racloir rainuré frotté par une baguette
Hungán ou houngán : sacerdote qui dirige les membres de la maison-tempe Vodú
Ifá : culte religieux Yoruba le plus répandu, prestigieux et respecté
Ingenio : plantation de canne à sucre
Íremes : personnages, populairement appelés diablitos (« petits diables »), incarnent l’âme des membres originels de la première société abakuá en Afrique et certains esprits de la nature
Iyalawo ou iyaaláwo : prêtresse d’Ifá, pratique religieuse Yoruba (mot qui signifie « père des secrets »)
Jazz Afrocubain : musique née du mélange entre rythmes cubains et harmonies Jazz. Le groupe Machito y sus afrocubans fut à l’origine de ce style musical

L – N

Loas ou Iwás : groupe d’êtres surnaturels, entités qui ont une fonction d’intermédiaire entre le dieu suprême Vodú et les êtres humains. Ils sont aussi appelés Mistè, Mystère ou Hounaié
Lucumí, Lucumi, Lukumí, Lukumi ou Loucoumi : nom donné à Cuba aux esclaves Yorubas
Macuás, Makoa, Makuwa, Makwa, Makwai, Mato, Meto ou Malagasis (de Madagascar) : esclaves issus d’ethnies de l’est de l’Afrique (Mozambique, Malawi, Tanzanie, Afrique du Sud et Zimbabwe)
Madingas, Madingo, Mandinka ou Mandé : esclaves issus des ethnies africaines Baga, Bambara, Lumba Alogosapi, Sereré, Soso, Cono, Gola, Susu, Malinké, Fulbé, Dyola et Wolof implantées en Guinée et dans les pays qui l’entourent (« Madingues » en français)
Makuta : 1. musique « religieuse publique » pour les Congos / 2. Nom de l’ensemble de 3 tambours (aujourd’hui, on n’en utilise plus que 2) qui accompagne cette musique
Mambo : musique cubaine dont Dámaso Pérez Prado fut le plus grande promoteur. Ce style musical rencontra un énorme succès aux USA au point de qualifier ce mouvement de « Mambo craze » (« folie du Mambo« )
Mambó : grade occupé par une femme dans la hiérarchie religieuse du Vodú, équivalent à l’houngán
Manumisión : affranchissement d’esclave
Maracas : cavité fermée munie d’un manche qui contient des éléments mobiles comme des graines que l’on agite pour produire un son
Marímbula : caisse en bois munie de lames de métal que l’on fait vibrer
Mawu-Lisa : dieux suprême et unique du Vodú
Mayohuacán ou mayouán : grand tambour Taïnos. Unimembranophone et fait d’une seule pièce de bois évidée, il est joué avec des baguettes par les sacerdotes
Montuno : section la plus énergique et dansante d’un Son qui est en général placée vers la fin du morceau. Durant le montuno, le cœur répète une phrase et répond aux improvisations du chanteur ou de l’instrument soliste
Mozambique : musique cubaine de carnaval créé en 1963 par Pedro ‘Pello el Afrokán’ Izquierdo Padrón et son frère Roberto
Merengue Haitiano : rythme haïtiano-cubain
Mina : esclaves issus du port nommé Elmina dans le Golfe de Guinée
Ñáñigos : membre d’une société abakuá

O – Q

Obbatalá, Oxalá, Orixalá, Ochalá, Orisainlá ou Orishanlá : plus grand des Orishas dont le nom signifie « roi de la pureté » ou « le roi vêtu de blanc ». Divinité de la pureté et de la sagesse par excellence, il est dit qu’il fut le premier Orisha créé
Ochosi ou Oshosi : Orishas chasseur et pêcheur. Divinité de la forêt, il représente les forces de la nature. Naturellement, il est le patron de la faune (surtout des oiseaux) et de la flore ainsi que des chasseurs et des pêcheurs. C’est un grand magicien
Ochún, Oshún, Ochúm ou Oxum : Orisha de la féminité, de la sensualité et de l’amour
Oduduwa, Odduduwa, Odudúa, Oddudúa, Odduwa, Odúa, Oddúa ou Oddua : Orisha de la solitude. Il est le créateur et faiseur de la justice et de la vérité, ce qui le rend divin et impersonnel
Oggún, Ogún ou Ogoun : Orisha du fer et de la forge
Olodumare : dieu unique et suprême Yoruba
Olofin ou Olofi : représentation du dieu Yoruba Olodumare
Olorun : représentation du dieu Yoruba Olodumare
Oriente : partie est de Cuba
Orisha : extension ou manifestation du dieu Olodumare sur Terre
Orunmilá, Orumbila, Orúmbila, Orula, Orunla ou Ifá : Orisha de la divination et des oracles
Ossaín, Osaín, Osain, Ozain, Osayín ou Osanyin : Orisha de la nature (en particulier du monde végétal), de la forêt et de la végétation qui la recouvre
Osun, Ozun ou Osu : Orisha représente la vie et la stabilité des initiés. Messager d’Obbatalá et d’Olofin, il surveille leur eledá (esprit qui réside dans la tête des Hommes). Il symbolise également la verticalité de l’être humain sur Terre
Oyá ou Oiá : Orishas qui représente le monde des morts et la réincarnation des ancêtres
Palenque : refuge, souvent isolé, d’esclaves qui ont fuit leur plantation de canne à sucre (esclaves marrons)
Palero : pratiquant du Palo
Palo : 1. religion pratiquée par les Congo / 2. Musique et danse à caractère religieux / 3. Nom d’un ensemble de 3 tambours qui accompagnent cette musique
Pilón : rythme qui s’est fait connaître dans le cadre du carnaval
Ponche : dernière note de la partie composée de 3 coups (partie tresillo) du rythme de la clave
Pregón : chant coloré des vendeurs ambulants de rue qui permet de louer les qualités du produit proposé
Punto Guajiro, Punto Cubano ou Punto : une des premières formes originales de música campesina ou musique campagnarde
Quijada : mâchoire inférieure de cheval, d’âne ou de mule qui est soit frappée afin d’en faire vibrer les dents comme un vibra-slap, soit frottée comme un güiro

R – T

Reggaetón : genre musical urbain né à partir du milieu des années 1990 au Panamá
Rancheador : chasseur d’esclave qui a fuit sa plantation de canne à sucre
Rumba : musique profane afro-cubaine d’origine urbaine
Rumbero : danseur ou musicien de Rumba
Salsa : terme générique utilisé à partir des années 1960 pour désigner l’ensemble des musiques cubaines aux USA. Le label Fania fut à l’origine de sa popularité
Santería : culte religieux adapté à Cuba des croyances Yorubas, notamment de la ville d’Oyo
Santero : adepte de la Santería
Siboney : voir Ciboneyes
Solar : cours intérieures des cuarterías, grands immeubles collectifs urbains, où s’entassent les familles pauvres
Son : genre musical cubain apparu à la fin du 19ème siècle qui constitue la colonne Songo : genre musical né dans les années 1970 au sein du groupe Los Van Van, formation originaire créé et dirigée par Juan Formell
vertébrale de nombre de styles musicaux cubains
Sucu Sucu : Son qui est joué sur la Isla de los Pinos ou Île des Pins
Taïnos : tribu Arawak (qui signifie « peuple bon et paisible »)
Tembleque : mouvement de tremblement effectué par les danseurs dans la Timba ou le Reggaetón
Timba : mouvement musical né dans les années 1990 qui n’est pas considéré par tous comme un genre musical nouveau. Dans tous les cas, ce mot est souvent associé aux sonorités récentes de la musique cubaine
Timbale : instrument composé de 2 fûts en acier recouverts d’une membrane
Toque : cellule rythmique. Mot souvent employé dans la musique Yoruba
Tres : petite guitare cubaine à 3 cordes doubles
Trova : forme de poésie chantée par des cantantes, auteurs, compositeurs et interprètes qui s’accompagnent à la guitare
Trovador : chanteur de Trova
Tumba Francesa : rythme haïtiano-cubain
Tumbadora : voir conga (instrument)

U – Z

Vevé ou vévé : dessin sacré tracé à la farine de maïs et de blé et aux graines d’absinthe dans le Vodú
Vodú, Vodou, Voudou, Vudú, Voodoo, Vudoo, Vodun, Vodoun ou Voudoun : tradition religieuse née en Afrique et importée en Amérique par le biais du commerce négrier
Voduista : pratiquant du Vodú
Yambú : variante lente de la Rumba
Yemayá, Yemajá, Yemojá, Yemanjá ou Yemowó : Orisha des eaux saumâtres, des mers, des océans et de tout ce qui y vit à l’intérieur
Yoruba : nom donné aux esclaves africains issus d’ethnies situées entre le sud-ouest du Nigéria et l’est du Bénin
Yuka : 1. musique et danse profane des Congos, à caractère festif / 2. Nom d’un ensemble de 3 tambours
Zafra : récolte de la canne à sucre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *