La Zarabanda

La Zarabanda ou Sarabanda est une danse dont les origines sont discutées. Elle fut dansée à Cuba au cours du 16ème siècle.

Ses origines

Le père Marin 'Marinus Mersenius' Mersenne lui attribue des origines mauresques. Son nom pourrait d'ailleurs provenir du mot persan "sarband" qui signifie "turban". Il indique qu'elle serait arrivée ensuite en Espagne au cours du 12ème siècle.

Pour d'autres, ses origines sont à situer dans le Nouveau Monde, notamment au Mexique. On trouve des traces de cette danse en 1539 dans le poème Vida y tiempo de Maricastaña écrit par Fernando Guzmán Mejía au Panama. Elle aurait été importée ensuite en Espagne en passant par l'Andalousie.

Cependant, l'hypothèse la plus répandue est celle d'une origine espagnole. Cette danse se serait développée à partir du 16ème siècle.

La Zarabanda espagnole

La Zarabanda est alors une danse animée qui alterne entre une signature en 6/8 et une signature en 3/4. Elle fut temporairement interdite par le clergé le 3 août 1583 sous Philippe II pour 2 raisons. D'une part, la danse à caractère lascif est jugée indécente. D'autre part, elle pouvait être chantée et contenait alors des paroles licencieuses aux thèmes amoureux voir érotiques affirmés. Pour certains, ces caractéristiques serait héritées de danses utilisées lors de rites de fécondité. Malgré cela, elle reste populaire entre 1580 et 1620. Elle sera remplacée par la chacona.

La danse est effectuée par des danseuses uniquement. Dès la fin du 16ème siècle, elles s'accompagnent de castagnettes.

La Zarabanda atteint également les côtes cubaines, alors colonie espagnole.

La Zarabanda en Europe

La Zarabanda se propage en Europe et perd peut à peu ses textes pour devenir une danse instrumentale accompagnée par la guitare. Elle se danse en couple. Elle atteint l'Italie, où elle conserve son caractère populaire puis en Angleterre.

Ensuite, elle arrive en France vers 1620 où elle prend le nom de Sarabande. Elle y adopte un tempo plus lent, avec abscence de levée, pour se rapprocher du Menuet. Perdant son côté populaire, elle devient alors plus solennelle et noble. Elle fait partie des 4 danses principales de la Suite à l'âge baroque et se joue ordinairement entre la Courante et la Gigue. Avec la fin de l'Ancien Régime, la Sarabande tombe en désuétude. Elle est alors employée comme évocation du style ancien.

Enfin, on la retrouve en Allemagne où elle est employée par des compositeurs comme Jean-Sébastien Bach.

La Zarabanda :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *