La Makuta

La Makuta ou Makúta est l’une des 3 danses du cycle Congo. Passée d’une musique cérémoniale à une musique rituelle et sacrée, elle est ensuite jouée dans des espaces ouverts comme une « musique religieuse publique » selon le musicologue cubain Fernando Ortiz. Elle y est employée pour honorer les divinités Congos. Aujourd’hui, de nombreux groupes folkloriques afro-cubains emploient la Makuta dans leurs spectacles. Ceci permet de maintenir ce genre ancestral.

Description de la danse

La danse est plutôt rapide, énergique et demande une bonne coordination. Le couple de danseurs se place au centre, entouré du chœur. Voici quelques-uns des pas les plus reconnaissables de la Makuta.

Pas de base de la Makuta

Le pas le plus caractéristique de la Makuta est une sorte de pas chassé qui s’effectue en général 2 fois dans un sens et 2 fois dans le sens opposé. Les danseurs fléchissent les genoux et accompagnent ce mouvement d’un geste de la main qui est dans le sens du déplacement (le poing fermé pour les hommes, en tenant leur robe pour les femmes). Une sorte de rebond marque les contre-temps. Ce pas est souvent utilisé pour se déplacer.

Autre pas de base

Tous les temps sont marqués par le même pied. L’autre pied marque un contre-temps sur 2. Le bassin effectue des cercles continus. Les bras sont en général animés d’un large balancement, que ce soit poings fermés pour les hommes ou pour donner un mouvement à leur robe pour les femmes. Ce pas peut être réalisé seul ou en couple.

Pas sauté

Sur ce pas, les danseurs sautent constamment. Les genoux sont légèrement écartés sur les temps et les pieds joints sur les contre-temps. Les coudes s’ouvrent pour accompagner les temps avec les poings vers l’intérieur alors qu’ils viennent se coller le long du corps sur le contre-temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *