La Pachanga

La Pachanga fut inventée à Santiago de Cuba par Claudio Eddy ‘Eduardo Davidson’ Cuza avec le titre « Pachanga ». Enregistré en octobre 1959 avec l’Orquesta Sublime, il atteint la première place du classement national et se répand sur toute l’île. Cependant, lorsqu’en 1961 ‘Eduardo Davidson’ quitte Cuba pour New York, le rythme est interdit sur l’île.

La Pachanga continue tout de même de se répandre dans toutes les Caraïbes et en Amérique, notamment grâce à la formation Fajardo y sus Estrellas qui introduit cette musique aux États-Unis par la salle de danse le Palladium. Cet établissement avait l’habitude d’accueillir les Cubains ou Portoricains récemment entrés sur le territoire américain.

L’Amérique découvre la Pachanga durant l’été 1960. Ce sera pourtant le flûtiste dominicain Johnny Pacheco qui la rendra célèbre à New-York avec l’album Johnny Pacheco y su charanga vol. 1 qui contient « El güiro de Macorina » et « Óyeme mulata ». José Torres Cindrón explique en 1961 qu’en moins de 2 ans, tous les clubs du plus populaire au plus distingué se sont mis à programmer cette musique contagieuse. Elle fit danser des milliers de personnes, à tel point que l’on ne disait plus « ¡vamos a rumbear! » ou « ¡a mambear! » mais « a la pachanguera« .

Les clubs Triton After Hour Club et Caravana Club sont devenus les lieux emblématiques de la Pachanga à New-York. On dit que dans le premier, Johnny Pacheco improvisa le mouvement nommé « Bronx Hop » qui deviendra un pas important pour la danse. Dans le second, un groupe de danseurs forma Los Pachangueros qui parcourut le pays avec cette nouvelle danse.

Description de la danse

La Pachanga est une danse rapide centrée sur les jeux de pieds. Son style est complètement différent de danses déjà existantes aux États-Unis comme le Son Montuno. Il est influencé par les mouvements du Charleston.

L’une des caractéristiques du pas de base est un léger rebond, le brinquito, issu d’une flexion suivie d’une extension des genoux. Ce mouvement est effectué en étant bien ancré dans le sol. Le déplacement du poids du corps permet d’orienter le déplacement. La flexion des genoux est accompagnée d’un mouvement continu d’avant en arrière du bassin qui marque le rythme de la musique.

Aujourd’hui, la Pachanga correspond surtout à une série de pas chorégraphiés, plus ou moins longs. Ils peuvent être insérés dans la Salsa comme shine ou footwork (jeux de pieds souvent pratiqués seul ou lorsque le couple se sépare pour s’exprimer individuellement). Cette danse est diffusée par des instructeurs comme Eddie ‘Mambo king’ Torres et ses partenaires Shani Talmor ou Grisel Ponce.

La Pachanga :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *