Le Latin-Jazz

Le Latin-Jazz désigne à partir de 1960 la combinaison entre rythmes latins et harmonies Jazz. Cette appellation très vaste regroupe diverses branches :

  • le Jazz Afrocubain crée par Mario Bauzá, ‘Machito’ Grillo, ‘Chico’ O’Farill, ‘Chano’ Pozo et ‘Dizzy’ Gillespie et repris par Ernesto Antonio ‘Tito’ Puente Jr. ou Ray Barretto. Parmi les artistes les plus connus de la fin du 20ème siècle et du début du siècle suivant qui ont été classés sous le label Latin-Jazz, on peut citer ‘Chucho’ Valdés, Michel Camilo, Poncho Sanchez ou Arturo Sandoval ;
  • le Jazz brésilien influencé par la Bossa Nova et le Samba. Il fut popularisé par Stanley ‘Stan Getz’ Gayetzsky ou João Gilberto Prado Pereira de Oliveira. Son rythme caractéristique est attribué à Antônio Carlos Brasileiro de Almeida Jobim ;
  • le Jazz Afro-Ricain, inventé en 1993 par le tromboniste et compositeur William Cepeda par mélange de Jazz avec des éléments africains issus de la musique portoricaine.

Le Latin-Jazz inclut également des courants musicaux moins connus comme le Jazz-Flamenco, le Jazz vénézuelien ou le Jazz argentin pour n’en citer que quelques-uns.

L’une des premières utilisations du terme Latin-Jazz aurait été faite par le trompettiste américain Jerry González dans les années 1960. À cette époque, durant laquelle lui et son frère Andy González étudiaient la musique à l’université, ils jouaient l’après-midi avec les rumberos dans les rues du Bronx. Ils avaient alors l’habitude de graver au couteau les mots « Latin-Jazz« , pour qualifier cette musique, sur les pupitres en bois de l’école.

Quelques musiciens à retenir

Voici quelques-uns des musiciens qui ont contribué à la branche du Latin-Jazz influencée par le Jazz Afrocubain.

Paquito D’Rivera

Le saxophoniste cubain Paquito D’Rivera arrive aux USA au début des années 1980. Il y jouera avec nombre de grands musiciens dont ‘Dizzy’ Gillespie, David Amram, Mario Bauzá et Bruce Lundvall.

‘Chucho’ Valdés

Jesús ‘Chucho’ Valdés Rodríguez, pianiste de renommée internationale, fils du grand pianiste Dionisio Ramón Emilio ‘Bebo’ Valdés Amaro, est surnommé le « Mozart cubain » pour sa facilité à naviguer entre musique classique et Latin-Jazz. Il fut à l’origine du groupe Irakere et dirige son propre orchestre Afro-Cuban Messengers. Remarquable de virtuosité et de musicalité, il a signé de nombreux albums dont le superbe « El último trago » (2009) avec la chanteuse flamenco María Concepción ‘Concha’ Balboa Buika.

Michel Camilo

Michel Camilo, pianiste originaire de République dominicaine arrive à New York en 1979. En 1983, il remplace le pianiste de ‘Tito’ Puente pour le Montreal Jazz Festival. Paquito D’Rivera qui est dans le public l’embauche. Pendant 4 ans, il tournera avec ce dernier et enregistre 2 albums. En 1985, il débute une carrière en solo avec un trio.

En 1988, il enregistre l’album Michel Camilo qui est un best-seller. Il reste meilleur album de Jazz pendant 10 semaines de suite. Depuis, il parcourt le monde et s’associe au plus grandes pointures du Jazz et du Latin-Jazz.

Poncho Sanchez

‘Cal’ Tajder choisit Poncho Sanchez en 1975 comme conguero. Suite à la mort de ‘Cal’ Tjader en 1982, Poncho Sanchez enregistre une série d’albums. Il est aujourd’hui reconnu comme l’un des percussionnistes américains les plus influents du Latin-Jazz.

Jerry Gonzalez

Avec son frère Andy, Jerry Gonzalez crée très jeune un groupe de Latin-Jazz. Jerry joue des congas et de la trompette. Andy, de la contrebasse. En 1970, il joue des congas pour ‘Dizzy’ Gillespie. En 1974, Jerry Gonzalez rejoint l’ensemble Conjunto libre mené par Manny Oquendo et son frère Andy. Avec ce dernier, il crée Conjunto Anabacoa puis Grupo Folklórico y Experimental Nuevayorkino. Au sein de ce groupe, les expérientations avec les rythmes afro-cubains sont nombreuses. En 1979, Jerry Gonzalez grave son premier album en tant que directeur d’orchestre, Ya yo me curé.

La même année, il crée la formation Jerry Gonzalez and the fort apache band qui enregistre 2 albums live, The river is deep (1982, à Berlin) et Obatalá (1988, à Zurich). Ils gravent Rumba para Monk en 1988 (version Latin-Jazz des thèmes les plus connus de Thelonious Sphere Monk), Earthdance en 1990, Moliendo Café en 1991, Crossroads (1994), Pensativo (1995), Fire Dance (1996) et Rumba Buhaina (2005). Il participera également au film Calle 54 de Fernando Trueba.

Arturo Sandoval

Compositeur, trompettiste et pianiste cubain qui fut parmi les premiers à composer le célèbre groupe Irakere avec Jesús ‘Chucho’ Valdés Rodríguez et Paquito D’Rivera.

Bobby Sanabria

Bobby Sanabria est un batteur et percussionniste américain qui a joué avec beaucoup des grands noms du Latin-Jazz comme Mario Bauzá, ‘Dizzy’ Gillespie, ‘Tito’ Puente, ‘Mongo’ Santamaría, Paquito D’Rivera, ‘Cándido’ Camero, ‘Chico’ O’Farrill… et bien d’autres.

David Sánchez

Le portoricain David Sánchez commence le saxophone ténor à l’âge de 12 ans. En 1990, il rejoint le United Nations Orchestra de ‘Dizzy’ Gillespie. Ensuite, il joue avec le Philip Morris SuperBand, enregistre avec Locksley Wellington ‘Slide’ Hampton et collabore avec Charlie Sepulveda, Roy Hargrove, Kenny Drew Junior, Ryan Kisor, Danilo Perez, Rachel Carmel ‘Rachel Z’ Nicolazzo et Hilton Ruiz.

David Sánchez enregistre ensuite de nombreux albums avec sa formation sous le label Columbia Records.

Danilo Perez

Le pianiste panaméen Danilo Perez joue en 1985 et 1987 avec Jon Carl Hendricks, Terence Oliver Blanchard, Claudio Roditi et Paquito D’Rivera alors qu’il étudie toujours à Berklee. Il joue avec le United Nations Orchestra de ‘Dizzy’ Gillespie entre 1989 et 1992. En 1995 et 1996, il tourne avec Wynton Learson Marsalis. En 2000, Danilo Perez rejoint Wayne Shorter.

Autres musiciens

On peut également citer le tromboniste Steve Turre, le tromboniste Conrad Herwig, le pianiste Hilton Ruiz, le tromboniste Christopher Washburn, le timbalero Ralph Irizarry, la pianiste Rebeca Mauleón, le tromboniste Wayne Wallace, le multi-instrumentiste John Calloway, le percussionniste Michael Spiro, le pianiste Mark Levine, le flûtiste Dave Valentin, le pianiste Omar Sosa ou le timbalero et bongosero Orestes Vilató.

Le Latin-Jazz :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *